icon_user icon_forum icon_facebook icon_twitter icon_send_message icon_rss

Politique COVID-19
fond_titre_article

Non, la visite de Mike Pompeo n'a pas déclenché le déconfinement

Des publications pro-Trump affirment que la visite de Mike Pompeo en France a eu pour conséquence le déconfinement ainsi que le caractère non-obligatoire du vaccin contre la COVID-19.

Faux Faux
01/12/2020 Par Yaume
Pertinence
Hoaxbuster_etoile_noire_vide Hoaxbuster_etoile_noire_vide Hoaxbuster_etoile_noire_vide Hoaxbuster_etoile_noire_vide

La réalité est bien différente.

Une visite sans lien prouvé avec la pandémie.

Le Secrétaire d'état américain, qui reste en fonction jusqu'au 20 janvier 2021, était venu rencontrer son homologue à Paris, Jean-Yves Le Drian, et a été reçu par le Président français. Les sujets abordés entre les deux hommes étaient à connotation internationale : Afghanistan, Iran, Turquie.
Les communiqués de presse publiés par son administration suite aux rencontres avec Jean-Yves Le Drian et Emmanuel Macron ne disent pas autre chose.

En marge de cette visite, Mike Pompeo a également rendu hommage aux victimes du terrorisme.

A ce stade, aucune preuve n'étaye les propos tenus dans cette publication. La charge de la preuve appartient pourtant à celui ou celle qui affirme quelque chose. Le post traduit seulement un sentiment, une envie que ce lien soit vrai, sans que rien ne puisse étayer factuellement cette affirmation.

Un biais cognitif conjugué à un raisonnement fallacieux.

En établissant un lien de causalité entre deux évènements distincts (visite de Mike Pompeo le 16 novembre, discours d'Emmanuel Macron le 24 novembre) l'auteur de cette publication a pris ses désirs pour la réalité, sans pouvoir en apporter la moindre preuve.
C'est ce que l'on appelle un "biais de confirmation".

En résumé, c'est une forme de recherche sélective de l'information et des relations entre plusieurs informations, qui ne fait que confirmer ce en quoi l'on croit déjà. Ce mode de pensée est actuellement très répandu parmi les pro-Qanon, entre autres.

Cet exemple nous montre également l'application concrète d'un sophisme, un raisonnement fallacieux illustré par l'expression latine "post hoc ergo propter hocet que l'on peut aussi bien nommer corrélation illusoire, ou encore "l'effet atchoum". En résumé, la succession temporelle ne deux évènements ne signifie pas forcément l'existence d'une causalité.

Cette manière de procéder, de plus en plus fréquente sur les réseaux sociaux (où chacun à tendance à asséner comme vérité ce en quoi il veut croire plutôt que des faits) ne permet pas au débat d'idées de progresser sereinement et empêche toute forme de raisonnement sensé, voire de discussion rationnelle.

Cela devrait nous inciter à la prudence, afin de ne pas faire la confusion entre corrélation, coïncidence et causalité.

Donnez nous votre avis
IMG PAR DEFAUT

Yaume
mots-clés : Politique - COVID-19
0 contribution


Top 10
fond_titre_article